عاجل
أنت هنا: الرئيسية / دقات الناقوس / Gabon / Détournement : Arrêté, Ben Ali Mohammed implique d’anciens ministres
Gabon / Détournement : Arrêté, Ben Ali Mohammed implique d’anciens ministres

Gabon / Détournement : Arrêté, Ben Ali Mohammed implique d’anciens ministres

  • Logogrogne
  • ? Ait Ben Ali, de qui s’agit-il

Dans une rocambolesque affaire de détournement de fonds, Ait Ben Ali Mohammed, patron du groupe Satram a été mis aux arrêts à Libreville. Selon une source proche de la justice gabonaise, il serait passé aux aveux et a donné le nom de ses complices, qui ne sont d’autres que des anciens membres de gouvernement ou des hommes politiques de l’opposition

L’affaire risque de faire grand bruit dans la capitale gabonaise, vu les implications soupçonnées. Le magnat marocain, Ait Ben Ali Mohammed patron de la société Satram dont la filiale la plus connue au Gabon est Sogapibs, s’est fait arrêter ce jeudi 03 février autour de 10h par la direction générale des recherches du Gabon. L’homme d’affaire est soupçonné d’être trempé dans plusieurs affaires louches. Des indiscrétions judiciaires, on apprend qu’il est à titre principal au cœur de gros détournements de deniers publics par plusieurs membres du gouvernement gabonais. Ait Ben Ali a bradé plusieurs biens de la société Satram et recueillait les fonds publics qu’il blanchissait en facilitant la sortie desdits fonds vers des banques africaines, européennes et américaines. Interrogé par la police judiciaire, le ‘‘sulfureux’’ homme d’affaire sait qu’il doit tout dire pour espérer une clémence de la justice. Il est passé aux aveux et a déjà donné plusieurs noms d’hommes politiques de haut niveau comme des membres de gouvernement dont certains sont déjà en prison et des membres de l’opposition. Dans les couloirs du parquet, même si on assure que c’est confidentiel, il est confié que Ben Ali Mohammed a parlé de Magloire Ngambia, Yves Fernand Manfoumbi, Hervé Ndong, Etienne Ngoubou, etc

Malgré cette collaboration assez surprenante du géant marocain, l’affaire ne risque pas de s’arrêter de sitôt. Selon notre source, au stade de cette enquête, même s’il est difficile de donner un chiffre exact pour le montant du préjudice de l’État gabonais, les recoupements embryonnaires situent le tout à près de 200 millions d’euros, soit environ 131,2 milliards de FCFA. Une somme trop importante

Satram, une société impliquée à tous les niveaux de la République

La Satram (Société d’acconage de transport et manutention) de Ait Ben Ali Mohammed est une grande société spécialisée dans plusieurs domaines d’activités, dont la logistique terrestre et maritime, la consignation, le transit, la Douane, le pétrole, le gaz, la location auto et le conseil en ingénierie

Avec sa plus grande filiale gabonaise Sogapibs, elle fait aussi dans la peinture industrielle, le décapage par sablage, sablage et traitement des aciers, revêtements spéciaux, dégazage, entretien de réservoirs de stockage de produit pétrolier, etc. Une autre filiale du groupe à Libreville, EGCA (location de voitures et engins) dispose d’un parc de plus de 500 voitures toutes catégories, qu’elle loue. Le niveau d’implication de la société Satram, vue son standing ne surprend pas

Les investigations se poursuivent de notre côté sur les agissements du sieur Ait Ben Ali Mohammed. Dans nos prochains dossiers, nous allons revenir en détails sur les profils des personnalités citées et en profondeur sur l’affaire. Des informations qui pourraient intéressées la justice gabonaise

Prosper A. NDONG

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*

إلى الأعلى